C’est là-bas, plus précisément dans les vestiaires après son taf, que nous l’avons rencontré. A peine sa blouse tombé qu’on bandait déjà. Seulement le contact de ses lèvres chaudes et humides sur notre gland et son petit regard coquin et gêné n’ont fait qu’aggraver les choses… il fallait absolument qu’on la sodomise !

Je suis donc à poil, en attendant leurs bonnes queues de ces males dans ma bouche, afin de pouvoir pomper toutes ces pines. Je suce, je me fais bourrer en meme temps et c’est un réel plaisir pour moi.